Les couches pour bébés : mon expérience — Végébon

Bonjour ! Pour ce nouvel article de la rubrique Histoire d’objets, on reste dans un sujet de parentalité. Le Pinto est maintenant âgé de 2 ans et demi et nous ne comptons pas avoir d’autre enfant. J’ai donc envie de partager avec vous sur les sujets « bébé » tant que ce n’est pas trop […]

via Les couches pour bébés : mon expérience — Végébon

Publicités

Mousse au chocolat simplissime — Végébon

Je partage avec plaisir

Bonjour ! Dans les premiers temps de mon blog, j’avais proposé des recettes de mousse au chocolat sans œuf : la fameuse chantilly de chocolat d’Hervé This, et une étonnante mousse inventée par Julie, qui tenait alors le créatif blog Plaisir végétal. Puis Joël Roussel a découvert l’aquafaba en neige, avec toutes ses applications allant […]

via Mousse au chocolat simplissime — Végébon

Et vous, comment vivez-vous vos deuils ? — TCC et Mindfulness en Val d’Oise – Thérapie comportementale et cognitive

En ce moment je suis dans un moment bizarre de ma vie. En effet, j’ai appris le décès de ma mère, Odille Edelein, le 7 mai 2019. Et depuis je suis dans l’attente, d’un test ADN qu’a fait ma soeur pour permettre d’identifier le cadavre de ma mère. Et en attendant, son corps est conservé…

via Et vous, comment vivez-vous vos deuils ? — TCC et Mindfulness en Val d’Oise – Thérapie comportementale et cognitive

L’ouverture des données de recherche : un retour aux sources de l’Ethos de la Science ? — – S.I.Lex –

Le 4 avril dernier, l’OFIS (Office Français de l’Intégrité Scientifique) a organisé un colloque autour du thème « Intégrité scientifique et Science Ouverte ». Cet angle d’attaque était particulièrement intéressant, car il permettait de balayer les enjeux éthiques et déontologiques qui sont liés à la question de la Science Ouverte. Les enregistrements de l’intégralité des interventions et […]

via L’ouverture des données de recherche : un retour aux sources de l’Ethos de la Science ? — – S.I.Lex –

appel au don étrange quoi?

Mon hom m’a fait parvenir des emails sur le danger que courent les abeilles concernant les produits toxiques utilisés dans la nature! Etant une dame nature qui replante des arbres et sèmes des fleurs pour les butineuses, cela me convient!

J’ai signé la pétition sans trop m’appesantir sur qui écrit ? qui demande ? et quoi?

j’ai le lendemain reçu un texte sur les multinationales qui captent le fric xxxx et les autres nous qui avons du mal à joindre les deux bouts§ Déjà entendus maintes fois et resonants aux GJ  Gilets Jaunes ( mes potes au demeurant je suis secr sociale) je regardes de plus près…………..

Des banalités qui circulent partout  YES

Des appels au don       Yes  (petit) et rapide!

Le site   SumOfUs       connais Pas ?    Donc je cherche;;;;;;

 

Loin très loin des abeilles   leur histoire ;;;;;  et même pas française

«  »Bienvenue chez SumOfUs, le mouvement des consommateurs qui font rendre des comptes aux grandes entreprises ! Pourriez-vous nous rendre un petit service en répondant à cet e-mail par un simple «Bonjour», s’il vous plaît? Cela permettra à votre boîte de messagerie de nous reconnaître et de ne pas envoyer nos messages directement dans vos courriers indésirables.


T lamain

Ne trouvez-vous pas que les grandes entreprises font, chaque jour, beaucoup plus de profits aux dépens des gens comme vous et moi?

Pendant que nous travaillons dur pour payer nos impôts, les multinationales mettent tout en oeuvre pour ne pas avoir à payer leurs parts… quand elles ne sont pas trop occupées à détruire notre environnement pour réaliser des profits records.

Malheureusement, la liste est longue — et au lieu de nous rendre des comptes, les PDG s’enrichissent à la seconde, tandis que nous nous efforçons de joindre les deux bouts en attendant la prochaine paie.  

Le monde n’a pas à fonctionner de la sorte.

Et nous avons un secret pour changer cette situation: les grandes entreprises qui nous causent tous ces torts nous appartiennent. Elles comptent sur nous pour acheter leurs produits. Et elles ont besoin de notre force de travail pour pouvoir fonctionner.

Sans nous, ces entreprises, aussi énormes soient-elles, n’ont aucun pouvoir.

C’est là que nous – SumOfUs – intervenons. En ayant répondu à l’un de nos appels à action cette semaine, vous avez rejoint une communauté composée de millions de personnes à travers le monde. Des personnes qui ont décidé de travailler ensemble pour exiger des grandes entreprises qu’elles fassent passer l’humain avant le profit.

Les membres de SumOfUs défendent les gouvernements qui se mettent au service de leurs citoyens — et non à la disposition des multinationales. Nous défendons des conditions de travail justes pour tous les travailleurs; et nous soutenons également le droit des consommateurs à acheter des marchandises produites de manière éthique, durable et transparente.

Nous travaillons sans relâche au développement de systèmes économiques qui font de l’humain et de la planète une priorité absolue, au lieu d’être motivés par une cupidité à court-terme. Avec un objectif de taille : que les différentes communautés aient le droit et le pouvoir de gérer et protéger leur propre environnement, ainsi que leurs ressources naturelles.

Et nos actions portent leurs fruits ! Voici quelques-unes de nos victoires :

Si vous en avez plus qu’assez du pouvoir dont disposent les grandes entreprises sur nos vies, et que vous voulez faire quelque chose pour changer ça, vous avez frappé à la bonne porte. Tous les jours, nous veillons à renforcer ce puissant mouvement citoyen qui contraint les plus puissantes multinationales à rendre des comptes pour leurs actions.

Pourriez-vous désormais prendre un petit instant pour cliquer sur «Toujours afficher les images de SumOfUs.org» qui doit apparaître en haut de cet e-mail? Vous recevrez ainsi des nouvelles régulières (mais pas trop quand même hein, parce qu’on sait que vous recevez beaucoup de courriels). Ensemble, nous allons organiser des campagnes citoyennes, mettre la pression sur les plus puissantes multinationales, et obtenir des victoires qui vont réellement améliorer la vie des gens.

Beaucoup de nos membres nous soutiennent également par le biais de dons mensuels. Nous n’acceptons, en effet, aucun fond de la part des gouvernements ou des entreprises — grâce aux dons de personnes comme vous, nous pouvons continuer à agir en toute indépendance et à gagner des batailles qui nous concernent tous.

Vous pouvez souscrire à un petit don mensuel en cliquant ici.

Ou cliquer ici pour faire un don ponctuel. C’est très bien aussi!

Nous sommes SumOfUs, et ensemble, nous pouvons bâtir un monde plus juste pour tous.

Hannah, Fatah, Nabil et le reste de l’équipe

SumOfUs est un mouvement mondial de personnes comme vous, qui travaillent ensemble afin de responsabiliser les entreprises et de tracer une nouvelle voie durable pour l’économie mondiale. Aidez SumOfUs à renforcer ses campagnes en faisant un don de 4 € .
Je me dis cela semble faire écho aux vengeurs masqués qui s'en prennent aux bouchers, aux éleveurs de poules, sans se rendre comptes des conséquences

Je me dis cela semble faire écho aux vengeurs masqués qui s’en prennent aux bouchers, aux éleveurs de poules, sans se rendre comptes des conséquences

 

Bon je cherche sur internet et je trouve ceci :

 

Et bordel je retombe sur quelques chose que je connaissais auparavant sous le nom de scientologie          Bref les revoilà  les canards &  l’ont fait un lifting mais c’est les mêmes vieux débriiiiis   lisez donc la suite !!

 

Cordialement Jo

Comment SumOfUs manipule et trompe

les personnes vulnérables

5 Juillet 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #Risk-monger, #Activisme

Comment SumOfUs manipule et trompe les personnes vulnérables

Risk-monger*

 

 

 

 

La congrégation de la naturolâtrie [1] comporte beaucoup de différents types de croyants.

 

  • Un grand nombre de personnes de la foule sont bonnes et essaient de faire le bien pour elles-mêmes, pour la planète et pour les autres. Elles sont désorientées par beaucoup de messages contradictoires des médias, ainsi que par les questionnements issus des déclarations compliquées des scientifiques et des régulateurs (sur la sécurité alimentaire, les vaccins, les produits pharmaceutiques…). Elles se sentent vulnérables et cherchent à se rassurer sur les réseaux sociaux auprès de gourous naturolâtres facilement accessibles.

     

  • Il y a les élitistes qui se rassemblent pour l’adoration dans leurs plus beaux atours, pour montrer aux autres leur statut élevé et occuper les bancs de devant, exposant ainsi leurs régimes de privilégiés et leur style de vie de luxe.

 

  • Dans la chaire, nous trouvons les gourous (grands-prêtres) dont les prêches assurent la cohésion et la croissance de l’assemblée de fidèles par un mélange de peurs du feu et du soufre, et d’espoir de salut par une meilleure voie (naturelle, sans produits chimiques, sans grandes entreprises…). Comme dans toute église fondamentaliste, plus le sermon est fort, plus les paniers à offrandes se remplissent.

 

  • Tout cela s’appuie sur la hiérarchie des cultes naturolâtres, qui fournit les biens et les services aux fidèles (les détaillants et les marques bio, les producteurs de compléments alimentaires, les médias, les producteurs de films et les back-offices). Au fur et à mesure que le culte prend de l’importance, ces organisations de marketing profitent bien en donnant aux adeptes exactement ce dont ils ont besoin : l’espoir et la rédemption.

 

En dehors des directeurs marketing des marques de distribution et de l’alimentation, ce sont tous des gens qui croient vraiment (en étant malheureusement mal informés) que le naturel, c’est ce qu’il y a de meilleur, et que nous ferions mieux de limiter les apports de la science et de la technologie modernes.

 

La naturolâtrie serait une religion pacifique, capable de coexister avec les autres, si ce n’était pour un dernier groupe : les zélateurs. Ce sont les activistes qui ont l’impression d’avoir été appelés et croient qu’il y a une guerre sainte en cours. Ils se battent contre l’industrie, la science, les organismes de réglementation et tous ceux qui pourraient remettre en question la pureté de leur système doctrinal. Ces fondamentalistes dogmatiques répondent à une norme différente (machiavélique) pour laquelle l’honnêteté, la preuve et l’intégrité passent après la victoire et la croissance de leur communauté par tous les moyens de manipulation disponibles.

 

Les conséquences absolument odieuses de leurs campagnes (déclin économique, augmentation des décès, maladies, carences…) n’intéressent pas ces militants – seul compte le respect continu de la pureté du dogme et l’élimination de toute menace à leur éco-eschatologie. Ces zélotes sont méprisables sur le plan éthique, implacables, manipulateurs et rusés.

 

Trop d’églises ferment les yeux sur la mauvaise conduite de leurs fondamentalistes et activistes zélotes car ils enrichissent l’organisation avec de nouveaux adeptes, des revenus et de la passion. Cependant, j’ai peu de tolérance pour les zélateurs naturolâtres. Alors que j’ai récemment subi la force de leur indignation [2], je crois que plus les pratiques de ces individus méchants et détestables sont exposées, meilleure est la possibilité de développer un système de foi plus fort et plus harmonieux pour ceux qui sont dans le besoin.

 

 

SumOfUs, des prédateurs et des menteurs

 

Le groupe d’activistes zélotes le plus lamentable, de loin, doit être SumOfUs. Ce groupe d’intérêts « anti-groupes d’intérêts » revendique 15 millions de membres [3] et se présentera partout où pourrait surgir une opportunité anti-entreprises relevant de la gauche dure. Ils sont un bon exemple de la nouvelle génération de l’activisme – petits, rapides, riches et ne rendant de comptes à personne. Leurs employés travaillent dans des communautés numériques depuis leur salon dans le monde entier. Sans un bureau central, SumOfUs n’a manifestement pas développé de culture d’entreprise. Une telle culture est importante si vous souhaitez inculquer des valeurs telles que l’honnêteté ou l’équité. Sans une culture d’entreprise, vous risquez d’avoir un groupe de militants semi-indépendants qui courent dans tous les sens comme des dératés.

 

Ce groupe basé à New York a maîtrisé l’art du financement participatif au niveau micrométrique en demandant à un grand nombre d’adeptes de faire de petits dons de quelques dollars dans le cadre de chaque campagne qu’il lance. Bien sûr, leur vrai argent se trouve dans des fondations aux poches profondes comme George Soros [4], mais ils préfèrent garder le silence et prétendre que vous et moi (les gentils « nous ») sommes vraiment ceux qui défendent l’humanité. Le « bureau » a connu une croissance rapide, mais parmi les 36 employés rémunérés, 16 n’ont rien à voir avec les causes à défendre ou les campagnes (ce sont surtout des ingénieurs en logiciels et des analystes de données). Ces cadres surveillent simplement les chiffres et mettent en œuvre les outils informatiques pour récolter les dons. Ils prennent les mêmes modèles d’une campagne à l’autre et se contentent de greffer différents vocabulaires alarmistes sur toute cause dont les données disent qu’elle est lucrative.

 

J’ai vu à quel point SumOfUs était détesté par la communauté scientifique quand j’ai partagé sur Facebook un lien vers leur campagne pour forcer la compagnie ferroviaire allemande à cesser d’utiliser du glyphosate pour contrôler la végétation le long des voies. L’herbicide est utilisé pour prévenir les accidents de train et les pertes potentielles de vie dues à une mauvaise visibilité et à des obstacles cachés sur les voies. SumOfUs n’a pas proposé de solution de substitution pour assurer la sécurité et protéger les plus de 33.000 km de lignes ferroviaires allemandes. À quoi bon, puisque leurs groupes de discussion leur assuraient que cette pureté dogmatique fonctionnerait bien parmi le généreux troupeau allemand ?

 

Le glyphosate, Monsanto, Bayer et les néonicotinoïdes sont les pompes à fric préférées de ce pit-bull activiste ; il n’est donc pas surprenant que le Risk-monger figure sur la liste de diffusion de SumOfUs (ce qui fait de moi, beurkh, un membre ou « OneOfThem »). Mais il est arrivé quelque chose hier qui m’a mis en colère.

 

 

« La mort des abeilles »

 

Je reçois beaucoup de courriels de SumOfUs, et très franchement, je suis toujours fasciné, non seulement par le récit dans lequel ils se sont enfermés, mais aussi par la manière dont ils essaient de manipuler et d’exploiter leurs propres adeptes… pressurant les innocents et les confus pour chaque sou ou thune qu’ils peuvent obtenir. Hier, j’ai reçu un courriel avec en objet : « La mort des abeilles ». « Oh mon dieu… », pensais-je, « …cela semble vraiment catastrophique. Je ferais mieux d’aller voir ce qui vient d’arriver à l’espèce la plus laborieuse de la planète ! »

 

En fait, rien ne s’est passé, mais ce n’était pas le but. Ce que j’ai trouvé, c’est un courriel si astucieusement conçu, si exagérément exploiteur et si grossièrement manipulateur que j’ai pensé qu’il serait dommage de ne pas en faire une analyse sur le blog. Combien de millions de personnes ont reçu ce courriel ? Combien ont partagé leurs absurdités sur les réseaux sociaux ? Combien ont fait don en faveur de leur campagne mensongère ? Cela dépasse l’entendement. Et comme j’ai travaillé sur un article intitulé « Comment parler à votre belle-sœur à Noël » (qui devrait sortir en novembre), je peux m’imaginer que beaucoup de gens sont régulièrement frustrés quand ils reçoivent des messages comme ceux-ci envoyés par des proches aimés (« Share if you Care », partagez si vous vous en souciez). Peut-être, pensais-je, que cet article pourrait aider à réveiller certaines de ces belles-sœurs.

 

Examinons d’abord la lettre avant d’apporter d’autres preuves du caractère méprisable de SumOfUs.

 

Tout se résume à « vous » !

 

L’introduction de la lettre, avant même que nous arrivions à une salutation, est en gras, criant le message clé de la peur et de l’urgence :

 

 

 

 

Ces lobbyistes malfaisants de l’industrie chimique « travaillent dur » pour renverser votre victoire et l’interdiction des « pesticides tueurs d’abeilles ». C’est affreux : des lobbyistes qui travaillent dur et qui veulent tuer les abeilles en ce moment même. Mais les gens de SumOfUs peuvent défendre les abeilles, nous défendre et s’attaquer à ces gens affreux… mais seulement s’ils reçoivent votre aide (c’est-à-dire de l’argent). C’est ce que j’appellerais la technique « World Vision » (créer par un cri d’alarme une situation d’indignation accrue et mettre la solution uniquement entre les mains des personnes privilégiées regardant le programme) ; et cela a très bien fonctionné en séparant les téléspectateurs de tard dans la nuit de leur argent pour plus d’une génération.

 

Les bons communicateurs savent qu’il faut mettre un visage sur le mal. Monsanto est parti donc la nouvelle cible de la haine semble être Bayer ; mais SumOfUs est mal à l’aise quand il limite la haine à une société qui est aussi une marque de produits pharmaceutiques largement utilisés ; ils se réfèrent donc à elle comme « Bayer et Cie », soulignant leur nature de grandes entreprises. Les gens de SumOfUs détestent les entreprises de sorte que le suffixe sera probablement répété jusqu’à ce que la marque soit vilipendée.

 

Le message est clair dès les quatre premières lignes : si je veux arrêter les lobbyistes maléfiques et sauver les abeilles, je vais devoir faire un don. Un simple clic et le problème sera résolu « immédiatement ».

 

Puis la lettre commence :

 

 

 

 

Notez la tournure de phrase : « nous avons remporté une victoire incroyable » grâce aux « membres comme vous ». C’est merveilleux, vraiment merveilleux ce que nous avons accompli et vous, David, vous devriez vous sentir très bien dans votre peau ! Vibrations positives dès le départ, et moi, personnellement impliqué dans la solution qui était, eh bien, tout simplement incroyable. Je me sens plutôt bien à ce sujet (et je suis donc prêt à donner).

 

Bayer et ses amis (mais qu’est-il arrivé à « et Cie » ?), c’est le mal « qui déteste que nous gagnions ». Je ne me sens pas satisfait que nous gagnions – je me demande plutôt pourquoi ces lobbyistes maléfiques de Bayer sont si vindicatifs à propos de notre souhait de sauver les abeilles (et le monde). Nous sommes les bons, ils sont les méchants dans ce récit de « eux contre nous » de la lutte globale (souvenez-vous, c’est une guerre). Dans la vision du culte naturolâtre, être détesté par l’industrie est un signe que vous sauvez le monde.

 

Ils mentionnent « nos partenaires » car, en réalité, les SumOfUs ne font pas grand-chose sur le terrain politique. Ils sont là pour se féliciter des exploits d’autres groupes et pour des situations où les activistes n’ont rien gagné (leurs énormes victoires dans les campagnes contre Baysanto et le glyphosate n’étaient pas tout à fait gagnantes… en fait… ils ont perdu). Les faits n’ont pas d’importance dans le dogme du culte.

 

Mais vous savez, si « nous » gagnons comme ils le prétendent, alors je ne donnerai pas un sou à leur petite organisation. Par conséquent, j’ai besoin d’une menace – quelque chose pour me faire peur et mettre la main dans mon porte-monnaie en ligne.

 

 

 

 

Oh la la ! Imaginez des « lobbyistes pleins aux as »… « travaillant sans relâche » pour tuer nos abeilles. Les « eux » sont à la hauteur de leur malfaisance, et les « nous » ne peuvent pas laisser cela se produire. Nous devons agir, car si nous ne le faisons pas, personne ne protégera les abeilles. La technique de la « World Vision » adaptée à un monde en ligne – rendue plus facile, répandue et moins chère.

 

Ce « nous » m’inclut, et c’est donc l’heure du deuxième « appel » : allez-vous contribuer ? Contribuer est une belle façon de dire : « Donnez-moi votre argent maintenant ! ». À la fin d’une soirée agréable, nous donnons tous notre écot pour la nourriture et la bière. Qu’est-ce qu’un ou deux euros supplémentaires entre amis ? Ce n’est pas vraiment beaucoup (jusqu’à ce que vous le multipliiez par 15 millions de membres).

 

Le salut est à portée de clic !

 

 

 

 

En douze lignes, j’ai vu deux « appels » et les mots « faire un don » huit fois. À ce stade, la solution est claire : je donne un peu d’argent à SumOfUs en un simple clic et ils combattent le mal en mon nom, repoussent les entreprises une fois de plus, et me font sentir bien dans ma peau ! Génial !

 

Bien sûr, la collecte de fonds est un art (sans doute la plus grande compétence marketing au monde : obtenir de l’argent des clients en échange de rien) et tout pirate intelligent sait que la clé du bien-être des donateurs est de leur donner un choix pour le montant. Dans mon cours de marketing pour la vente au détail, j’enseigne aux étudiants qu’il doit toujours y avoir trois options : un modèle bon marché, un modèle cher, et entre les deux celui que vous voulez vendre. Cette campagne vise donc à obtenir 4 € de don de chaque membre (et peut-être quelques généreux « autre montant » de la part des « nous » les plus remontés).

 

Intermède mea culpa. Les lecteurs attentifs auront remarqué dans cette lettre que j’ai effectivement un compte avec SumOfUs et qu’un simple clic (avec mes informations de paiement sur le fichier) entraînera une gratification immédiate. En effet, comme le Risk-monger est pleinement conscient qu’il ira en enfer à son trépas, quel dommage pourrait résulter des quelques dons qu’il pourrait faire à cette meute de loups vicieux ?

 

Quelques dons  ? ? ? Pluriel ? ? ? Tabarnak, David, tu nous tues !

 

Pour ma défense, c’était à des fins de recherche. En faisant un don à SumOfUs (sur différents comptes de membres, sur différentes questions et avec différents niveaux de dons), je peux mieux étudier leurs techniques d’exploitation appliquées à ce qu’ils ont décrit comme des « opportunités ». Cette lettre est arrivée sur le compte utilisé pour faire un don de base de 2 € sur les pesticides. Ils essaient de me faire doubler la mise, jusqu’au prochain niveau. Je pourrais juste cliquer sur « Faire un don de 4 € » pour la gratification instantanée.

 

Mais les dons doivent être liés à des événements particuliers pour procurer du bien-être – si je vais doubler le montant de mon don pour doubler l’industrie, je ferais mieux de donner à une bonne cause. Je veux que mes trente deniers de vendu à l’industrie sentent bon ! Dans les lignes suivantes, le « nous » me rassure :

 

 

 

 

Il n’est question que de moi ! J’ai tellement fait pour combattre Bayer et ses semblables « méga-entreprises chimiques qui tuent les abeilles ». La transition de perception est complète. Je commence à oublier que je prends tous les jours un des médicaments de Bayer qui sauvent la vie. Et mon don permettra à mes préoccupations de continuer à avoir un impact parce que la Commission Européenne m’écoute !

 

Mais tout cela pourrait être perdu si je ne sors pas mon porte-monnaie. La troisième demande est la plus intense. C’est faire un don ou mourir (pour les abeilles, la planète, l’humanité…) et les SumOfUs ont vraiment besoin de moi !

 

 

 

 

Non seulement ils ont besoin de moi, mais, quoi, mon don est indispensable.

 

La question est finalement mentionnée à la page deux de leur courriel : les producteurs de betteraves de Belgique veulent être exemptés de l’interdiction des néonicotinoïdes (et peut-être que les agriculteurs néerlandais pourraient en faire de même). Il n’y a pas de lobbyistes des méga-entreprises ici et les betteraves à sucre ne fleurissent pas, donc aucune abeille n’est touchée. Mais les SumOfUs savent que les faits n’ont pas d’importance et que leurs membres sont malheureusement mal informés sur les problèmes. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent et personne ne les corrigera jamais. Il suffit de mentionner « faire un don » 16 fois dans un courriel pour pouvoir voyager en première classe l’année suivante.

 

SumOfUs exploite même l’ignorance de ses membres dans la phrase suivante.

 

 

 

 

Ils ne précisent pas le genre d’agriculture différente dont il s’agit, mais les SumOfUs m’assurent que nous pouvons nous débarrasser des entreprises et que le monde ira beaucoup mieux. Et d’ailleurs, nous avons cultivé longtemps avant la science… ça me suffit.

 

La grande action de SumOfUs, finalement mentionnée, sera simple. SumOfUs mettra des annonces dans les journaux en Belgique et aux Pays-Bas. Plus il y aura de dons, plus il y aura de publicités Rappelez-vous une règle cardinale concernant la collecte de fonds : vous devez obtenir un retour sur investissement mesurable pour le don (en d’autres termes, quelques captures d’écran de publicités dans les journaux permettront aux gens de savoir que vous avez fait quelque chose de positif). Ce n’est pas vraiment grand-chose, mais SumOfUs aime se greffer sur « nos partenaires » qui font le gros du travail dans les campagnes anti-pesticides. Ce sont simplement des ingénieurs informatiques et des gestionnaires de données qui envoient des paniers de collecte dans toute la congrégation.

 

L’accent a changé du « vous » au « nous ». Cela ne peut signifier qu’une chose : ce courrier roule pour l’insaisissable « quadruple demande ». Il est temps de le rendre personnel :

 

 

 

 

Cette lettre est destinée aux personnes vulnérables qui peuvent facilement être manipulées. Dans la congrégation de la naturolâtrie, il y a ceux qui donnent compulsivement aux campagnes pour s’identifier à une bonté perçue. Ceux qui ont un vide triste dans leurs vies se laissent séduire par la connerie du « nous avons besoin de votre aide » et succombent. Comme beaucoup, j’ai une belle-soeur de ce genre. Elle gère sa « culpabilité de privilégiée » en attaquant le « système » (et ces ONG rusées sont là pour la soulager de sa richesse). Les stratèges des dons en ligne de SumOfUs ont profilé ces gens et construisent leurs campagnes et communications sur la faiblesse des individus vulnérables.

 

Juste un clic de plus pour sauver les abeilles !

Choisissez une case et votre don servira immédiatement à stopper la grande industrie.

Si vous pouviez juste nous aider, nous pourrons continuer à avoir des victoires incroyables.

 

Un tel langage vise à tirer parti des personnes compulsives ayant des faiblesses, un peu comme un trafiquant de drogue peu scrupuleux qui donnerait une dose à un toxicomane. Promouvoir la gratification immédiate dans un contexte émotionnel – voilà ma définition de l’exploitation.

 

Il y a quelque chose de très vulgaire et d’immoral dans la façon dont ces loups opportunistes harcèlent la congrégation innocente et vulnérable des naturolâtres. Les gourous ne devraient-ils pas se lever et protéger leurs adeptes ? Mais SumOfUs a distribué plus de 4,6 millions de dollars en 2016. Peu importe.

 

La lettre se termine par une réaffirmation.

 

 

 

 

Cependant, avant de donner, je dois me rappeler à quel point les bonnes personnes, Tom, Kat, Eoin et tout le monde chez « nous » sont vraiment bonnes. Le mal a besoin d’un visage, la bonté a besoin d’une auréole – ces personnes adorables ont des prénoms, des familles et des rêves tout comme moi – ce sont nos héros ! Vraiment astucieux et bien fait.

 

Les liens ne renvoient pas à des sources scientifiques sur les abeilles, mais à des organes de presse qui se réfèrent seulement de manière marginale au vocabulaire clé dont les groupes de discussion et les analystes de données de SumOfUs ont déterminé qu’il est efficace. En fait, le convertisseur des actualités néerlandophones en langue anglaise (pas même la source originale) affirme que la betterave à sucre n’a aucun effet sur les abeilles, donc même la source choisie par SumOfUs sape ce qu’ils essaient de faire vibrer. Il n’y a aucune mention de lobbyistes travaillant 24 heures sur 24 ou de méga-entreprises diaboliques – juste des agriculteurs hollandais qui se font du souci parce qu’ils devront utiliser beaucoup plus de pesticides pour remplacer les néonicotinoïdes interdits. En fait, l’article indique que le cas belge d’exemption de la betterave à sucre de l’interdiction des néonics a été présenté par un ministre de l’agriculture du gouvernement. Est-ce que les SumOfUs considèrent les ministres du gouvernement comme des lobbyistes malfaisants ou font-ils juste n’importe quoi pour effrayer les personnes vulnérables ? Encore une fois, les faits n’ont pas d’importance et les cadres de SumOfUs ont démontré qu’ils ne prenaient même pas la peine de lire leurs sources. Pathétique !

 

SumOfUs ment sciemment

 

  • Ils ne sont pas à l’origine des grandes victoires qu’ils mettent à leur compte (leurs partenaires ont fait le travail) ;

 

  • Il n’y a pas de lobbyistes des « méga-entreprises » en Belgique essayant de voler notre victoire (tout juste un ministre du gouvernement) ;

 

  • Les prétendus lobbyistes néerlandais « travaillant 24 heures sur 24 » sont des agriculteurs ;

 

  • Les betteraves à sucre ne fleurissent pas et n’affectent pas les abeilles ;

 

  • SumOfUs n’a pas parlé à la Commission Européenne (voir ci-dessous).

 

Pendant ce temps, leur page d’accueil nous permet de savoir comment les SumOfUs travaillent dur pour « tenir les entreprises responsables ».

 

 

 

Après avoir lu une lettre comme celle-ci, si vous étiez assez naïf, vous imagineriez que SumOfUs est une organisation ouverte, honnête et charitable qui s’engage à faire ce qui est juste au nom de l’humanité.

 

La responsabilisation des sociétés impliquerait que les SumOfUs pensent que la responsabilité est importante. Aujourd’hui, être responsable est souvent assimilé à la transparence. J’imagine que les SumOfUs, en tant que somme de l’humanité, doivent être assez transparents avec ce qu’ils font avec tout notre argent [5].

 

Et bien non !

 

 

Ce n’est pas votre affaire !

 

SumOfUs est tout sauf transparent. Personne ne sait combien ils dépensent pour leurs campagnes (sérieusement, combien coûteront quelques annonces dans des journaux belges ou néerlandais locaux ?), ni combien ils dépensent en salaires, voyages et réseautage. J’ai déjà montré dans un article précédent qu’il y a très peu de contrôle sur le financement des ONG et que ces groupes semblent être en mesure de transférer des fonds de l’un à l’autre sans surveillance.

 

Alors, que déclare SumOfUs dans le Registre Européen de la Transparence (RET) ? Curieusement, à ce jour, ils n’ont pas pris la peine de s’inscrire.

 

 

 

 

SumOfUs ne prétend même pas être responsable ou transparent. Pour être juste, avant de les accuser d’hypocrisie, peut-être qu’ils ne se sont pas rendu compte que, en tant qu’organisation mondiale, ils devraient s’inscrire et être transparents… vous savez, rendre des comptes aux « nous » en Europe.

 

Et bien non !

 

Marc Draco, communicateur scientifique, a enquêté sur les ONG américaines opérant à Bruxelles et a contacté la Commission Européenne pour soulever la question du manque de transparence de SumOfUs. Voici la réponse des autorités de l’UE en octobre 2017.

 

 

 

 

Donc, les SumOfUs ont été contactés en octobre dernier [2017] pour être informés qu’ils devaient s’enregistrer, et ils ont quand même montré un doigt à la Commission Européenne. Cela implique qu’ils ont menti quand ils ont dit que la Commission Européenne « nous » a écoutés car toute réunion avec des fonctionnaires de la Commission exige que le groupe de pression ait complété un enregistrement au RET. Nous avons déjà établi que les SumOfUs ne se préoccupent pas beaucoup de dire la vérité. Ni apparemment, les autres gourous et les ONG qui travaillent avec SumOfUs et attaquent des industries prétendument irresponsables (comme ce Corporate Europe Observatory indiscipliné de Martin Pigeon). Quel groupe d’hypocrites immoraux (transparocrites) !

 

Ce que dit réellement SumOfUs, c’est : nous, on se moque de vos lois et de vos normes éthiques. Nous collecterons notre argent comme nous le voulons et l’utiliserons comme nous l’entendons, et allez au diable, tous que vous êtes. Si ce n’est pas une bonne définition d’un activiste zélote, je ne sais pas ce que c’est.

 

Il faudrait peut-être en informer votre belle-sœur.

 

______________

 

* David pense que la faim, le SIDA et des maladies comme le paludisme sont les vraies menaces pour l’humanité – et non les matières plastiques, les OGM et les pesticides. Vous pouvez le suivre à plus petites doses (moins de poison) sur Twitter et sa page Facebook.

 

Source  : https ://risk-monger.com/2018/07/02/how-sumofus-manipulate-and-deceive-vulnerable-people/

 

Mes notes

 

[1] David utilise le mot « naturopathy ». Il ne s’agit évidemment pas ici de « médecine non conventionnelle ». J’ai donc forgé un néologisme, « naturolâtrie »

 

[2] Le professeur auxiliaire de communication de l’Université Saint-Louis de Bruxelles David Zaruk a été « éjecté » par suite de manœuvres d’un professeur, activiste, de l’Université Catholique de Louvain à la suite de la « fusion » des deux universités.

 

[3] Vous signez une « pétition »… vous êtes membre… fastoche.

 

[4] C’est un peu ancien, mais cela offre quelques belles perspectives sur la toile d’araignée d’« ONG ».

 

[5] Nous avons fait une brève incursion dans le monde opaque de SumOfUs dans « Abeilles : l’industrie de la pétition au secours de la science militante ? ». Cet article de David a été l’occasion de s’enfoncer dans le brouillard du financement.

 

 

 

 

Plus de 85 % des recettes affectés aux campagnes ? En gros 468.000 dollars affectés au management et à la gestion ?

 

Il y a des liens vers des formulaires 990 états-uniens qui permettent des exemptions fiscales. Nous avons extrait des chiffres de celui pour 2016.

 

 

 

 

 

SumOfUs déclare quelque 336.000 dollars pour la rémunération de la direction… Et, plus loin, des éléments de rémunération qui donnent un total d’un peu plus de… 2 millions de dollars.

 

 

 

 

Sur le site français, les « campagnes » sont affichées à quelque 4,342 milliards de dollars. Sur le formulaire états-unien, c’est 313.000 dollars pour les « coûts de campagnes et médias ».

 

 

 

 

Sur le site français également, on annonce quelque 613.000 dollars de subventions de fondations. Le formulaire états-unien exige que l’on indique les montants obtenus des gros contributeurs. Le plus gros – manifestement d’une seule et unique fondation – est de 631.515 dollars. Le plus généreux donateur suivant a allongé 14.000 dollars. SomOfUs est ainsi dépendante d’une seule fondation…

 

Voici un autre élément intéressant du formulaire. Cinq fois plus de dollars déployés en Europe qu’en Amérique du Nord… Pour qui roule SumOfUs ? Voilà une forme de Carpetbaggers que dénonce le Risk-monger.

 

 

 

 

Et, pour conclure, ils sont sympas, les gentils « membres »…

Et j’en rajoute    https://www.sumofus.org/

Une copie d’écran de leur bas de page        http://www.SUMOFUS.ORG

Csumopture

et juste en dessous    une confusion de taille  un détail français     Libération? 25 mai 2016?  Un attrape qqchs

et juste

ser45

Boeuf champignons

Slow Cooker Beef and Mushrooms Recipe

 

C’était la première fois que je travaillais avec la mijoteuse et je ne pouvais pas croire à quel point cela s’avérait facile!

Vous jetez littéralement tout dedans, remuez et laissez reposer. Je vais peut-être devoir l’utiliser plus souvent!

Ma mère a acheté un paquet d’une livre de steaks de mandrin en vente et nous devions trouver une solution. Nous ne savions pas à quel point elle serait tendre, alors elle suggéra la mijoteuse.

J’ai commencé par tailler et couper le steak de mandrin et le mettre dans la mijoteuse avec la soupe, les oignons, les champignons, la soupe et le vin rouge. Si vous préférez, vous pouvez utiliser du bouillon de boeuf au lieu du vin rouge.

Nous congelons le vin dans des bacs à glaçons, il est donc facile de les ajouter à un plat comme celui-ci.

J’ai fait cuire à haute température pendant trois heures, j’ai ajouté un peu de farine pour épaissir et cuit encore 45 minutes. Laissez-le refroidir un peu avant d’ajouter la crème sure.
24Bite Recipe: Recette Boeuf et Champignons à la Mijoteuse par Christian Guzman

J’ai recouvert la purée de pommes de terre de bœuf et de champignons avec une pincée d’origan et de sel de mer rouge.

C’est vraiment bien et je vais avoir hâte d’avoir les restes demain!
Imprimer la recette
Mijoté Boeuf Et Champignons
Délicieux repas réconfortant préparé dans la mijoteuse pour un repas facile, parfait avec des pâtes ou une purée de pommes de terre.
Temps de préparation15 min
Temps de cuisson3 heures 45 minutes
Temps de repos15 minutes
Temps total4 heures 15 minutes
Cours: Plat principal, Mijoteuse
Cuisine: américaine
Mot clé: Viande de boeuf, Champignon, Steak
Portions: 6
Calories: 313kcal
Auteur: Christian Guzman
Ingrédients

Un bifteck de bœuf Chuck garni et coupé en petits morceaux
1 pot de crème de champignons
1/4 tasse d’oignons hachés
3/4 tasse de champignons tranchés
3/4 tasse de bouillon de vin rouge ou de boeuf
1/8 tasse de farine tout usage
1/4 tasse d’eau
1/2 tasse de crème sure légère

Instructions

Enlevez la graisse du bifteck et coupez-la en petits morceaux. Placez dans la cocotte.
Hachez l’oignon et coupez les champignons en tranches. Ajouter à la mijoteuse.
Ajouter la soupe et le vin à la mijoteuse. Remuer. Cuire à feu vif pendant 3 heures en remuant de temps en temps.
Dans un petit bol, mélanger la farine et l’eau à l’aide d’une fourchette jusqu’à ce que tous les grumeaux soient enlevés et qu’une pâte se forme. Tempérez le mélange de farine en ajoutant environ 3 cuillères à soupe de liquide de la mijoteuse trois fois au total, en mélangeant bien après chaque fois. Cela réchauffe la pâte de farine pour éviter de créer des grumeaux lors d’une addition trop rapide.
Ajouter le mélange de farine tempéré à la mijoteuse et bien mélanger. Cuire encore 45 minutes.
Éteignez la mijoteuse et laissez-la refroidir pendant 15 minutes. Incorporer la crème sure.
Servir sur des pâtes ou une purée de pommes de terre. Montré garni d’une petite quantité d’origan et de sel de mer rouge.

 

gty12

Slow Cooker Beef and Mushrooms

Delicious comfort food made in the slow cooker for an easy meal, perfect with pasta or mashed potatoes.
Prep Time15 mins
Cook Time3 hrs 45 mins
Resting Time15 mins
Total Time4 hrs 15 mins
Course: Main Course, Slow Cooker
Cuisine: American
Keyword: Beef, Mushroom, Steak
Servings: 6
Calories: 313kcal
Author: Christian Guzman

Ingredients

  • 1 pound chuck beef steak trimmed and cut in bite-sized pieces
  • 1 can cream of mushroom soup
  • 1/4 cup onions chopped
  • 3/4 cup mushrooms sliced
  • 3/4 cup red wine or beef stock
  • 1/8 cup all purpose flour
  • 1/4 cup water
  • 1/2 cup light sour cream

Instructions

  • Trim fat from steak and cut in bite-sized pieces. Place in slow cooker.
  • Chop onion and slice mushrooms. Add to slow cooker.
  • Add soup and wine to slow cooker. Stir. Cook on high for 3 hours, stirring occasionally.
  • In a small bowl, mix flour with water using a fork until all the lumps are removed and a paste is formed. Temper the flour mixture by adding about 3 tablespoons of liquid from the slow cooker a total of three times, mixing well after each time. This heats up the flour paste so it doesn’t create lumps when adding too quickly.
  • Add tempered flour mixture to slow cooker and stir well. Cook for 45 more minutes.
  • Turn off slow cooker and allow to cool for 15 minutes. Stir in sour cream.
  • Serve plated over pasta or mashed potatoes. Shown garnished with a small amount of oregano and red sea salt.